Ma dernière durite est au Paradis

Publié le par deessemew

http://i0.kym-cdn.com/photos/images/original/000/238/105/6e9.jpg

(Ceux qui ne connaissent malheureusement pas DeathNote ne comprendront pas la blague, mais cela a eu le don de me faire rire cinq secondes. Source Knowyourmeme)

Tandis que mon mari joue à Tales of Vesperia version PS3 (donc en japonais), lisant à haute voix certains Kanji pour les comprendre (grace à ses connaissances dans la langue via tout ce qui est OAV et compagnie, hein), tandis que mon poltron de chat n'a rien d'autres à faire que de roupiller à mes côtés tandis que je tape ces mots sur un Macbook à deux doigts de l'envoie en réparation...tandis aussi que je suis affamée, le Web subit une sorte de tournant majeur de son histoire.

Je me souviens il y a une quinzaine d'années déjà(ou plus, allez savoir mais c'est dans ces zones là), mon père jouait en ligne avec mon oncle. Nous n'avions pas le droit de décrocher le téléphone et même si nous avions l'audace de le faire, nous n'avions que des crépitements horribles dans les oreilles.
Quelques temps plus tard, naissait dans le plat pays qui est le mien l'offre internet. Mais c'était des offres avec des heures d'internet gratuits, posés sur CD. D'ailleurs, mon père en avait une petite collection.

Je passais mon temps sur des sites à la con. A l'époque, c'était le début de la folie Pokemon donc bon, je m'y trainais. Et j'ai eu la réalité de la pornographie omniprésente aussi en face. Anecdote : la voisine me demande d'installer l'ordinateur de ses enfants. Ensuite, elle me demande de regarder avec sa petite fille des sites sur Barbie. Je suis allée sur Yahoo. Le premier site sorti dans les méandes d'internet proposait des montages photos montrant des poupées barbies faisant des trucs pas très catholiques. Je me dis : whatzefuckingtrucdenomdenom ?

Oh bien évidemment, j'étais une jeune fille stupide et naïve. Je pensais qu'Internet était gentil tout plein et que tout était régi parfaitement dans des lois adaptées. Mouais, cause toujours ma petite.

J'ai connu Caramail (qui s'en souvient de ce truc là ?) Le regretté Multimania aussi. Qui fut d'ailleurs mon premier hébergeur !

Halala, Caramail. Que dire que dire. Une palteforme de Chat où tout et n'importe qui pouvait venir te parler. Je passais mon temps d'étude à bavarder la-dessus ou à aller sur des forums. Bah VI qu'est ce que vous voulez..

A côté de cela, via une recherche hasardeuse, je tombe nez à nez avec le phénomène de fanfictions via des fics yaoi saint seiya (il m'a fallu un moment pour m'en remettre).

J'ajoute à cela des tonnes encore des tonnes et des tonnes d'images plus farfelues les unes que les autres. La télévision qui proposait des votes pour des émissions mais pour voter fallait passer par le site de la chaine (wtf?). Des informations exclusives sur les fandoms que j'aimais. Des vidéos, des AMV, des mangas, des histoires, des gens que je connaissais pas, des forums, des soluces...HAAAAAA TOUTES CES INFORMATIONS A LA FOIS,MA TETE.

Oui c'est exactement ça que je pensais à l'époque : c'était beaucoup de trucs en peu de temps. Tous ces accès à la connaissance, si rapides et aussi gratuites avaient de quoi faire tourner la tête.

J'avoue qu'a l'époque (et encore maintenant), j'utilisais Internet pour trois raisons :

- Social (je parlais avec mes camarades de classes, mes prétendais - bah oui, ça vous est jamais arrivé ça ? -, des gens avec la même passion que moi, etc..)

- Assouvir mes besoins compulsifs d'informations, d'images ou textes sur les séries que j'appréciais (vous ai-je déjà parlé que j'ai une obsession avec les fiches des personnages ? Je peux passer sur quinze sites pour vérifier les informations sur les persos juste pour voir s'ils disent la même chose..)

- Ma propre créativité (Mon premierr site était IMMONDE mais je en m'en cache pas).

Le social.
Il est bien évident que passer sur des forums me confrontait à un certain public. On s'échangeait des soluces, on discutait du temps qu'il faisait, bref, comme au café quoi. Juste que là, on est bien au chaud chez soi (ou mal assis dans une salle d'info à l'école alors qu'on a meme pas le droit d'aller sur les forums à l'époque mais chuuuut). 
Comme j'étais en âge de fréquenter, cela ne m'a pas rébuté de parler à d'autres garçons sur Caramail, même à leur donner rendez vous (même pas peur). A l'époque, j'étais totalement idiote et irresponsable (comment ça, encore maintenant ?) car en aucun cas, je me disais que c'était peut-être un prédateur sexuel, vous voyez. Non, les méchants comme Dutroux, ils sont en prison (bah voyons...).
Et ce côté de rencontrer des gens m'a aussi fait arracher des cheveux. Parce que gérer un conflit pour des broutilles sur internet, c'est pas un cadeau. Et les gens sont aussi cons dehors que sur Internet (si ce n'est plus..).

Mes besoins compulsifs 
Si ma mère devait parler de mes passions quand j'étais gamine, ce serait mon obsession pour les dessins animés de toutes sortes (Dorothé m'ayant pas du tout aidé, nooooon). J'ai des centaines et des centaines de cassettes vidéos enregistrés avec du tout et du n'importe quoi : Ranma 1/2,SailorMoon, chevaliers du zodiaque (forcément), City Hunter, Power Rangers, Transformers, les Disneys, Candy, Animaniacs,tout les dessins animés genre Bip Bip et Coyote - Titi et gros minet et compagnie...bref la liste est TRES longue. On va dire que j'étais une "mini Otaku". Et encore, je me dis que si j'avais su dessiner à l'époque, j'aurais tartiné ma chambre de fanarts. heu si je l'ai fait en fait..

J'aimais bien tomber sur des sites de fans qui parlaient d'Anime ou autre. C'était un vrai plaisir de fan. 

Les fanfictions ont exacerbé ce côté compulsif. J'ai d'abord passé mon temps à imprimer des trucs à lire avant de m'y lancer. J'écrivais déjà des trucs originaux à l'époque donc bon..

Le fait que mon anglais soit plus qu'acceptable m'a pousé à me rendre dans des sites d'autres langues. Surtout sur les Transformers hein ! 

De toute manière, au vu de mon orthographe et ma grammaire de l'époque, les histoires m'ont permises de faire énormément d'éffort et grâce à cela, ma ******* de dyslexie me fout la paix. 

Ce qui est aussi amusant c'est qu'à l'époque, je me fichais pas mal de la critique sur ce que je faisais. Je le faisais, cela m'amusait et tant pis pour les autres. A l'heure actuelle, une critique négative et je montre les crocs. Peut-être aussi par ce que j'estime mettre beaucoup de coeur à l'ouvrage...Bref.

Je suis définitivement une geek. What else ?

Ma propre créativité
Internet m'a permis de me lancer dans le webdesign car cela m'a permis de mettre à profit non seulement mes écrits mais aussi, de pouvoir parler de mes passions. Ce qui m'a ensuite conduite à aller en Ecole d'Infographie. (Et c'est là le drame.)
Et oui, grâce à des heures et des heures passés sur des trucs explicatifs, de tests, de massacres sous Paint et FrontpageExpres, je mettais en ligne mon premier site !...MyGosh.
ET J AI DES SAUVEGARDES DE LA PREMIERE VERSION, SI JE VOUS LE JURE !!!
Non sans déconner, du JAUNE sur fond BLEU. Mais qu'est ce que j'avais FUME ???
A coté de cela, des copines utilisaient le génial "Dreamweaver" et moi, je me cassais le cul sur FrontPage..Express ! Bah vi.
Mais bon, avec le temps tout ça tout ça...J'ai fait mon petit bonhomme de chemin..Et je suis parite en école d'Infographie où j'ai absolument rien appris de plus ni pour le Webdesign ni pour Photoshop (n'essayez pas de comprendre, mon école était sur un autre plan astrale que nous niveau logique hein..)
Ce qui va me conduire à un autre point de ce billet.

Le piratage et mon porte monnaie de pauvre étudiante que j'étais
J'ai commencé à jouer aux jeux vidéos sous Comodor 64 (la vache...). Puis sur Amiga500. Et c'est là que ce fut le premier pas sur le piratage. A l'époque, on avait que des disquettes copiées. Le seul jeu original était un truc pour faire de dessins. Et fallait dire aussi, qu'a l'époque, je n'avais aucune information sur "légal" ou pas "légal". Mon père revenait avec des caisses entières de jeux sur disquettes Et moi je trouvais ça....normal ?
Evidemment, si à l'époque, on m'avait dit que c'était formellement interdit, j'aurais paniqué(vu comment je flippe devant la justice..). Mais là, non, rien. Aucune information. Et c'est pas faute d'avoir demandé.
Puis il y a eu des jeux sur PC (Et je veux toujours retrouver ce **** de jeu en anglais où un ours en peluche doit faire une fète d'anniversaire pour la petite fille qui le possède !!! BORDEL JE VEUX). Puis la playsation, bah oui, une des premières..si ce n'est la première..vrai console piratée. Et je ne ferai pas tout un débat sur le fait que peut-être la capacité de piratage de cette console de salon fut ce qui a boosté ses ventes. Je ne ferai pas de troll gratuit. Ou pas.
Et étrangement, on avait eu à l'époque tellement de problème avec la console (marchait une fois sur cinquante), que mon père avait acheté une de la dernière série qu'ils avaient fait et des jeux tout ce qu'il y avait de plus originaux.
(Inutile aussi de dire que j'avais à l'époque aussi la Supernes, la Nes, la Nintendo 64 ou le GB et tout était originaux aussi).
Mais alors ? Pourquoi avoir piraté la playstation?
A l'époque, dans les cours de récré, tout le monde en parlait. On se prétait des jeux, on se les copiait. Et le pire, c'est qu'on disait : de toute manière, hein, tant qu'on vend pas ON PEUT ! (ma maman a dit que je peux !).
Putain, sans déconner, je me donnerais des baffes.

Et je peux aussi parler de "cassettes pirates". J'en ai eu en tout et pour tout...heu...Non je vais dire ce qu'il y avait dessus :
- Une collègue à ma mère avait Canal + et avait enregistré des Disneys. Elle m'a donc filé les cassettes.
- Un ami de mon oncle avait réussi à se procurer les films de DBZ et de Saint Seiya. A l'époque, hein, si on avait pas de bon revendeurs (surtout en belgique) c'était introuvable. Donc, j'en ai eu une copie.

...Est ce que mes actions ont tué l'industrie du jeux vidéos et de l'animation : ET MON CUL TU LE VOIS ?

Je ne justifie pas le piratage, loin de là. Là, je parlerai plutôt du partage entre collègues (un peu le peer to peer IRL quoi). C'était gentillet, sans plus. Et justice a frappé, vu que celui qui nous filait des trucs "avec un drapeau et une tête de mort" a été chopé par la police. Et bah oui !

Et pour l'heure, j'ai toujours acheté les jeux vidéos ou DVD qui sont TROUVABLES dans le commerce. Donc, flûte.

Quand je suis arrivée en fac d'infographie, j'ai été confronté à un autre unviers. C'est l'univers du "je pirate, je copie à foison". Et ceux qui achètent ce sont des gros pigeons.
Un exemple.
Je devais travailler sur le logiciel Autocad. Moi, grande naive que j'étais, je demande à mon prof de CAO de l'époque si je pouvais avoir une licence de programme.
Bien sûr qu'il me dit. Il me passe un cd. Pirate....Oh wait ?
.....Pas convaincu ? L'école a acheté une licence de DreamWeaver. La clé du logiciel est périmée. Normal, ils passent une version pirate aux étudiants. Ce n'était pas pareil pour Linux vu que l'école avait un contrat avec Vuze(si c'est bien son nom à celui-là?).  Bref.
Toujours pas convaincu de l'ABSURDITE de la chose ?
Un jour, on nous informe que nous allons avoir une formation sur le célébre logiciel dont je ne vais pas citer le nom pour ne pas faire de mauvaise pub même si leur logiciel est un TRES bon logiciel mais qui n'est pas 3Dsmax.. Un gros logiciel super complexe de dessin en 3D. Un formateur officiel vient nous voir tout ça tout ça. Il nous tend un cd du programme. Pirate.
...Non mais sans déconner, le mec il vient de la firme OFFICIELLE et il tend un truc pirate. HE HO DU BATEAU????
L'explication est beaucoup plus complexe. Quand on sait qu'une licencecoute 15000 euros (et encore c'est pas la complète et que c'est pour un ordinateur). L'école avait pas très envie de dépenser autant d'argent. En plus,comme la formation était récente et qu'ils testaient touce qu'ils voyaient, on était même pas certains que MachinChouette reste au programme. D'ailleurs, il n'est pas resté au programme...
L'école où j'étais sans le vouloir nous a conduit à beaucoup télécharger car elle était malheureusement en incapacité pécuniaire de survenir au besoin de logiciels de ses formations. Malheureusement, quand on étudie un programme c'est CE programme et pas un autre, donc venez pas me parler de logiciel libre. 
Les professeurs n'encourageaient ni le téléchargements des logiciels ni leurs achats. C'est limite s'ils ne nous disaient pas "demmerdez vous pour vous le procurer". Et vous êtes étudiants, sans ronds, pas les moyens de vous procurer plus de 5000 euros de logiciels ?...Bah vous faites quoi à votre avis ?

Et vous pensez quoi du pauvre looser qui achète une licence Photoshop pour lui et se retrouve à passer le CD à toute sa classe ? C'est du piratage ça ? Ou du "partage"?

Maintenant, ce n'est plus très vrai ce que je dis vu que bon nombre de sociétés de logiciels font des prix TRES intéressants pour les étudiants. A l'époque, ce n'était pas du tout le cas. Et la firme qui fait Autocad, je vous aime, sincèrement. 

C'est à l'école aussi que j'ai fait la connaissance d'Emule et compagnie...

Et j'avais toujours ce besoin compulsif vis à vis de tout ce qui était dessins animés. LA GALERE. 

Ce n'est qu'il y a quatre ans que j'ai eu une autre sorte d'obsession : le scan de mangas. (le yaoi surtout). J'ai lu des tas et des tas de mangas à n'en plus finir. Des trucs qui ne sortiront jamais du Japon(parce qu'ils ne se vendent pas ou ne se venderont jamais dans nos contrées, allez savoir).

Et les OAV fansub aussi. Même si c'est plus restrectif à des trucs que je connaissais déjà. Ce qui ne m'a pas empêché d'acheter les Box de Saint Seiya, aussi.

Je visionnais aussi des séries en streamings...Je lisais des fics dessus...je regardais des fanarts...

MAIS BON, tout ça c'est fini. Grace à SOAP et PIPA ainsi qu'ACTA, je vais enfin avoir une VIE NORMALE.

Fini les heures et les heures à consulter un forum sur un fandom, fini d'écrire pendant trois plombes une histoire sur deux personnes qui ne sont même pas croisés dans l'oeuvre originales, fini le temps où je lisais une trad à l'arrache d'un tome de manga qui allait sortir le mois suivant. Fini le temps où je ronronnais en écoutant les voix originales, plutôt que les dératés qui nous ont collés en VF. OUI ! Fini le temps où je passais quinze ans à faire une mise à jour de mon design de mon site web. 

Nooooon, tout ça c'est fini ! Et je remercie fièrement les gouvernements et les péquenauds des droits d'auteurs pour cela !

Je vais enfin pouvoir résillier mon abonnement d'internet, économiser des sous. Sortir les VHS pour mes enfants, la WII ou la XBox. Aller au cinéma pour entendre les gens bouffer tout le long du film. Galérer ma race sur un jeu vidéo car les fansite où y aura la soluce n'existeront pas. Prendre des cours de japonais pour comprendre les OAV et les Mangas non traduits en français. Ne plus hurler au scandale !! Non ! les fanfictions bourrées de fautes d'orthographe n'existeront plus !!! Je ne pousserai plus non plus de cri hystérique en lorgnant un fanart. OUI ! Je consommerai des films au cinéma sans savoir ce qui m'attend. Sans avoir une seule critique. OUI ! Je passerai mes longues soirées d'Hiver entre Plus Belle la vie et essayer de comprendre la logique dans l'ordre de diffusion de Criminal Minds sur TF1.

Non, tout cela c'est fini.

MERCI LE MONDE ! MERCI INTERNEEEEEET ! 

Je suis libéréééééée de la dictature de mes gouts et de mon imagination !

 

 

Ça fait crédible ou pas là ?

Le piratage, c'est le mal. Je le conçois. 

Ce n'est pas pour autant qu'on doit freiner l'imagination des gens. Vive la fanfictions et les fanarts !

Ps : je suis une grosse pigeonne car j'ai acheté une licence de Word alors qu'il existe OpenOffice. ET JE VOUS EMMERDE D:

Publié dans soi-même

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eternal 24/01/2012 23:04

So fuckin' true xD